Guérillas, Humour et Compassion

 

GUÉRILLAS, HUMOUR ET COMPASSION

Guérillas

 

> LA BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR

 > EXTRAITS DE CRITIQUES

DOSSIER DE PRESSE  

 >  ENTREVUES VIDÉOS

          > MONTAGE VIDÉO

                             > PHOTOS 

                                           



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR

AnnaFuerstenberg01Anna Fuerstenber, Auteure, metteure en scène

Anna Fuerstenberg est née dans un camp de réfugiés près de Stuttgart, en Allemagne.  Elle arrive à Montréal à l’âge de cinq ans et remporte quelques années plus tard une bourse pour entrer au Montreal Repertory Theatre School.  Elle étudie ensuite la mise en scène avec Norma Springford à la Sir George Williams University.  Alors qu’elle est encore étudiante de premier cycle, elle dirige la première pièce multimédia au pays The Feast de Michael McClure.  Par la suite, elle est invitée à diriger The Serpent au McGill Players’ Theatre.  Cela lui vaut des critiques extatiques et ce travail expérimental modulaire influence encore aujourd’hui son travail d’écriture.

En 1970, Madame Fuerstenberg déménage à Chicago où on lui offre le poste de directrice artistique du James Addams Hull House Theatre.  Elle y crée des œuvres innovantes et s’imprègne d’autres pièces de théâtre expérimental présentées dans la ville; notamment de Paul Sills’ Story Theatre. Anna Fuerstenberg se rend ensuite au Colorado et acquiert une maîtrise en communication et théâtre.  Elle dirige par ailleurs du Tennessee Williams au Nomad Playhouse et Woyzeck, de Georg Büchner, au Theatre Three Hundred de même qu’au Colorado Shakespeare Festival. Elle retourne au Canada et sa première pièce, Accomplices, est produite à Peterborough en Ontario.  Elle emménage cette fois à Toronto et fonde une école de théâtre, The Theatre Plant.  Beaucoup de pièces qu’elle a écrites pour ses étudiants ont été produites professionnellement en Amérique et en Europe.  Sa pièce Fever Dream a été produite par le Theatre Plus au O’Keeffe Center.

En 1984, elle fonde Teatro Sin Fronteras, une compagnie de théâtre latino-américaine qui produit des pièces en espagnol et en anglais. Par la suite, elle va au Nicaragua afin d’étudier le théâtre politique populaire avec Allan Bolt et travaille sur le film Eva: Guerrilla. En 1985, elle est invitée à diriger The Glass Menagerie au Tennessee Performing Arts Centre à Nashville, Tennessee, et rencontre Shannon Wood.  Madame Wood l’invite à jouer son spectacle solo, Saydie, à Nashville.  Ce dernier connait un énorme succès. Ses pièces sont publiées par le Playwrights Canada Press et la Playwrights Guild of Canada.  Elle a écrit des scénarios de longs-métrages, des nouvelles et de la poésie qui ont paru dans Parchment et Montreal Serai et dans Roverarts. En octobre 2014, à l’invitation de Shannon Wood, propriétaire et directrice du Darkhorse Theater à Nashville, Anna Fuerstenberg a joué son propre texte, The Guerrilla Caregiver, dans une formule « one-woman-show ».

Depuis 2006, elle est représentante de la discipline théâtre sur le conseil d’administration du English Language Arts Network (ELAN) of Quebec.



 

> EXTRAITS DE CRITIQUES 

«Avec trois actrices seulement sur scène et un merveilleux interprète de clarinette Klezmer, dans un décor composé d’une petite chambre d’hôpital ou autre et de dizaines de valises [...]; avec des chansons traditionnelles et autres berceuses en yiddish; Anna Fuerstenberg met en scène un texte fort et construit avec une grande habileté, qui raconte sa vie à elle mais ouvre sur un universel où chacun peut se reconnaître.» 

Sophie Jama, Info-culture.biz 


«C’est une histoire de famille, mais surtout une histoire de femmes. Le père et le frère n’ont pas de poids, tellement secondaires qu’ils sont interprétés tous deux par une comédienne, et par la même de surcroît (Mariève Bibeau, la petite fille, qui jongle avec les accessoires et joue ses rôles exagérément comme une enfant). La famille, la guerre, la transmission, l’amour, la haine et le pardon sont ici des affaires de femmes. (…) Loin d’être un lourd récit chronologique, la pièce suit les parcours des deux personnages en parallèle, traversant avec fluidité espace et temps.»

Marie Pâris, Mon Théâtre.QC.CA 


«Trois comédiennes se partagent la réplique pour composer un amalgame de témoignages à différentes périodes des vies du duo de personnages. Grande dame du théâtre, Élisabeth Chouvalidzé brille notamment dans le rôle de la mère d’Anna. Le chant yiddish est habilement utilisé comme interlude entre les scènes pour créer un doux sentiment de compassion au cœur.» 

Charlotte Marcille, Bible urbaine


 «Élizabeth Chouvalidzé, toujours excellente, campe cette mère pas possible avec ce qu’il faut de distance et d’auto-ironie. Odette Guimond est superbe en Anna avec une présence forte, physique, et une voix magnifique qui laisse parfois, un petit peu, percer l’émotion. Mariève Bibeau joue la jeune Anna ainsi que divers petits rôles souvent amusants et s’acquitte très bien du mandat. La mise en scène, également faite par l’auteur, sait délimiter l’espace, les différents lieux et les différentes époques de manière limpide afin que le spectateur s’y retrouve très facilement.» 

Marie-Claire Girard, Huffigton Post


«Le sujet aurait pu être extrêmement lourd, mais traité avec délicatesse et soin et beaucoup d’humour par Anna Fuerstenberg, Guérillas nous amène complètement ailleurs, plutôt dans un passé de contes presque magiques qu’on se racontait de mère en fille. L’auteure et metteure en scène a su mêler avec habileté les souvenirs de la mère et ceux de la fille, les histoires inventées de jadis, et les blessures que l’on réussit à nommer d’aujourd’hui. (…) Un humour mordant est omniprésent, mais toujours doublé d’une immense tendresse.» 

Lucie Renaud, Clavier tempéré 


«La comédienne Élisabeth Chouvalidzé, que l’on aura plaisir à retrouver sur scène, est bien placée pour porter cette histoire, elle-même étant fille de réfugiés – ses parents ont fui la Russie en 1920, à l’époque du régime bolchevique, à bord d’un bateau de fortune. «Tous les réfugiés se ressemblent», estime la comédienne. «Ils partent dans l’espoir d’un monde meilleur, n’ayant plus rien à perdre.» D’emblée, l’actrice a été touchée par cette histoire.»

Louise Bourbonnais, Journal de Montréal (entrevue)


«Si la Deuxième Guerre mondiale a fait l’objet d’innombrables créations, Fuerstenberg dépeint aussi la réalité très actuelle des enfants allophones tiraillés entre la culture de leurs parents et celle d’accueil. Sur un ton souvent teinté d’autodérision, les thématiques soulevées par l’auteur, tant dans ses mots que dans sa mise en scène, sont universelles: la discrimination, le multiculturalisme, la relation mère-fille et le sort des ainés.» 

Charlotte Mercille, Bible urbaine (présentation)


“There is a lot of music, sung in Yiddish, and the two Annas sing and dance and perform. They’re very physical actors, just brilliant, and made me laugh out loud.” In spite of the saga’s dark backdrop, there is no shortage of humour, Fuerstenberg noted. “Neither my mother, nor I, took life too seriously—from the darkest lives, the funniest moments.”

Irwin Block, The Senior Times (entrevue)


“There’s a wonderful moment when Odette as Anna is visiting Mama in the hospital, and Mama says, ‘How is it possible that I, Regina Sowa, daughter, niece, cousin, granddaughter, aunt of so many, should be here all alone in this hospital bed with only you, Anna, for company?’ (…)“When it happened in real life, it was the first time I realized those 85 people had flesh and blood and they are my loss, not just Mama’s. Suddenly, in that hospital room, I felt abandoned.”

Heather Solomon, The Canadian Jewish News (entrevue)



> DOSSIER DE PRESSE  

 


 

«Guérillas Humour et Compassion»: mère et fille

Final Signature 90     LE HUFFINGTON POST  imgres

A VIE D’UNE SURVIVANTE SUR SCÈNE

9454d107-7c48-4fdf-8ccb-b12bcdd02cff_ORIGINAL  imgres-1

JOURNAL DE MONTRÉAL 

 

 

« Dans Guérillas, on découvrira Anna­­ (interprétée par Odette Guimond­­) qui raconte l’histoire de sa mère au lourd passé, interprétée par Élisabeth Chouvalidzé. « Cette femme est une survivante », clame l’interprète. « C’est aussi une grande résiliente. »»Lise Bourbonnais, Journal de Montréal, le 30 octobre 2015  


Final Signature 90                                                                        

 

Guérillas, amour et compassion, au théâtre comme dans la vie 

imgres

FASHION IS EVERYWHERE 

 

 


 

« Guérillas, humour et compassion » le destin d’une famille juive canadienne  présenté au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. 

                                         INFO-CULTURE 

 

logo

 

 


 

«Guérillas, Humour et Compassion» de Réverbère Théâtre à l’affiche du 6 au 22 novembre 2015 Survivre par amour

imgres                                        BIBLE URBAINE


 

0999e968-c209-40e9-bb0f-f7b10f49cdb0

MON THÉÂTRE.QC.CA

« Maman est partie à l’Est aussi loin qu’elle le pouvait pour fuir les nazis, et Anna est partie à l’Ouest aussi loin qu’elle le pouvait pour fuir Maman. » 

 


 

«Guérillas, humour et compassion» d’Anna Fuerstenberg au Studio Jean-Valcourt…….Portrait de famille

ATUVU.CAatuvu_logo

 

 


 

PLAYWRIGHT DIRECTS HER OWN FRENCH PREMIERE

124c9c83-cf70-46d9-b0a2-1c48b5a6a36aUntitled     THE CANADIAN JEWISH NEWS


 

AnnaFuerstenberg01Anna Fuerstenber: From the darkest lives, the funniest moments:  

logo the senior times                                   THE SENIOR TIMES

 


 

 

 ENTREVUES VIDÉOS

 

     > MONTAGE VIDÉO   

avec Élisabetth Chouvalidzé - ( La Maman), Odette Guimond(Anna) et Mariève Bibeau  (Anna enfant et autres personnages).



 

    > PHOTOS 

Untitled